Comme (quasiment) tous les mois, aujourd'hui était jour de votations en Suisse. Quatre sujets concernaient les Vaudois.[1] Et cela fait bien longtemps que cela ne m'était plus arrivé : j'ai fait « tout juste » !

Mais le vrai gros bonheur est le résultat du vote sur la naturalisation facilitée pour les étrangers de troisième génération : plus de 60% de oui. Après le résultat du vote de 2004[2], j'avais de grands doutes[3]sur la capacité à réunir la double majorité[4] lors du vote de cette année. Mais le résultat est là : 60,4% de la population a dit oui, ainsi que quinze cantons et quatre demi-cantons. Et ça, en ces temps où l'on entend parler partout de repli sur soi et de fermeture à l'étranger, je trouve que c'est un beau symbole qui me transporte de joie !

Notes

[1] Trois sujets au niveau fédéral, un au niveau cantonal.

[2] On avait alors voté sur une initiative proposant la naturalisation automatique des étrangers de troisième génération... le peuple n'en a pas voulu à près de 57%.

[3] Et d'après un article du Temps, je n'étais visiblement pas le seul : « Du côté des partisans, c’est la surprise. «Je ne m’attendais pas à cela! [...]», réagit Ada Marra »

[4] Pour mes lecteurs non Suisses : certaines votations en Suisse exigent une double majorité. Il faut alors à la fois une majorité des votants qui acceptent l'objet, et en plus qu'une majorité de cantons disent oui. Cela offre un certain poids aux cantons à faible population. Par exemple, un canton de 30'000 habitants peut à lui seul faire pencher la balance d'un côté ou de l'autre, alors même que la différence entre les deux camps est de plus de 500'000 voix.