mardi 21 juin 2016

Pestalo'zique

Le 21 juin, c'est le solstice d'été qui, cette année, est aussi une conjonction exceptionnelle avec une pleine lune ; c'est l'anniversaire d'un pote ; et c'est aussi la fête de la musique. Contrairement à l'habitude, je n'ai pas pu en profiter pleinement pour des raisons professionnelles.

Du coup, je n'ai profité que d'un seul concert, mais qu'est-ce qu'il était bien : la Pestalo'zique ! C'est un concept développé par la Comédie Musicale Improvisée, en collaboration avec l'AJAR. Ce soir, ils nous ont improvisés une histoire du grand Grand qui a passé son hiver à hiberner, de la vieille vieille sorcière Échandule qui discute avec des cerfs qui rotent, et de deux ados qui se lancent des défis de l'ordre du « T'es pas cap ! »

Une belle énergie, une collaboration qui fonctionne bien entre les auteurs de l'AJAR (qui écrivent des textes de liaison entre les scènes ainsi que les refrains des chansons) et les comédiens de la CMI qui chantent, dansent, et improvisent le tout ! Vraiment plaisant tout cela. :-)

dimanche 19 juin 2016

Ouf !

Le bonheur du jour est en fait surtout un gros malheur évité... je suis parti de chez moi en début d'après-midi (enfin, techniquement, vu l'heure tardive où j'écris ces lignes, hier en début d'après-midi) et viens seulement de rentrer.

Et là, grosse surprise : je réalise que j'avais oublié d'éteindre une grosse bougie avant de partir ! Elle aura brûlé pendant près de douze heures, heureusement sans couler ni faire de dégâts ! Ouf !

Sinon, j'ai aussi un respect renouvelé pour Glen E. Friedman et ses magnifiques photos de skateboard réalisées dans les années 70. J'ai passé tout l'après-midi au bord d'un bowl à essayer de faire quelques clichés, et je suis très loin de réussir d'aussi belles photos que lui il y a quarante ans...

lundi 13 juin 2016

Incongruités

Sur le chemin du retour ce soir, deux images incongrues m'auront fait sourire, voire rire :

  • Sur un quai de gare, une chaise de bureau, égarée, dont personne ne semble s'occuper. À trois mètres de là, un homme est assis... sur une borne hydrante !
  • Et pour la première fois de ma vie, j'ai constaté que des fleurs sauvages jaunes poussent sur les toits du clocher du temple d'Yverdon. Et ces belles taches jaune m'auront apporté un peu de lumière au milieu de toute cette grisaille pluvieuse qui nous accable depuis plusieurs jours...

dimanche 12 juin 2016

Se faire croquer

Vendredi

Début d'après-midi, je m'installe dans le train et sort mon livre. À l'arrêt suivant, monte un monsieur, la cinquantaine, qui s'installe en diagonale par rapport à moi. Rien de particulier à signaler, je continue à lire tranquillement.

À un moment où je lève les yeux de mon livre, je réalise que tient un carnet dans ses mains et semble dessiner. Normal, me dis-je, je suis dans le train pour me rendre à un festival de BD. Quelques minutes passent encore et je remarque qu'il semble m'observer attentivement. Du coup, intrigué, je cherche à voir ce qu'il dessine ; et je ne suis pas vraiment étonné (voire plutôt flatté) de constater qu'il est en train de faire mon portrait.

Peu avant l'arrivée à l'arrêt suivant, il décide que son dessin est terminé, détache la page de son carnet et la montre au couple d'ados assis en face de lui. Les deux jeunes s'extasient, puis il me montre le dessin. C'est effectivement moi, le doute n'est pas permis, et ce portrait est franchement bien réussi.

Je suis toujours sidéré par cette (apparente) facilité qu'ont les gens sachant dessiner de croquer leur environnement. Je leur envie ce talent... surtout que le portrait dessiné dans un lieu public me semble être toujours mieux accueilli par le sujet que son équivalent photographique. Mais c'était quand même agréable de « poser » ainsi quelques minutes, bien qu'une sensation totalement inhabituelle pour moi...

(Et après coup, je regrette amèrement de ne pas avoir demandé si je pouvais conserver une photo du portrait...)

jeudi 9 juin 2016

The Blues

Aujourd'hui, j'ai décidé de relater deux petits bonheurs du jour.

Il y a d'abord eu tôt ce matin où je me suis retrouvé à parcourir les archives de ce blog afin de retrouver un billet que je souhaitais relire. En faisant cela, j'en ai relu quelques uns de cette catégorie des bonheurs du jour... et d'un coup je me suis souvenu pourquoi je les écris.[1] En effet, à chaque billet relu, le souvenir du moment relaté me revenait en mémoire et petit à petit une douce chaleur s'est installée en moi et a chassé la grisaille. En fait, ces petits bonheurs, c'est que du bonheur. :-)

Et le deuxième bonheur du jour, c'était ce soir... mais il prend ses racines dans un autre événement d'il y a un mois : une soirée Choréoké[2] lors de la fête de la danse. Durant cette soirée, je me suis pris au jeu à danser comme un fou sur le morceau Shake Your Tail Feather tiré du film The Blues Brothers. Du coup, j'ai eu envie de revoir le film ; plan mis à exécution ce soir. Et j'avais oublié à quel point ce film est un « feel good movie » par excellence : j'avais la banane tout au long du film. Et des frissons sur la chanson d'Aretha Franklin...

Notes

[1] Et surtout pourquoi je les mets dans mon bocal à bonheur...

[2] C'est presque comme un karaoké, sauf que là ce sont des extraits de film ou de clips vidéo qui sont projetés sur un grand écran et toute la foule essaie de reproduire les mêmes mouvements de danse.

C'est parfois tout simple...

Hier

Recroisé J.
Qui prit le temps de s'arrêter en passant à côté de moi,
Me fit la bise et prit de mes nouvelles...

Parfois, un petit bonheur, c'est aussi simple que le sourire d'une belle femme.

lundi 6 juin 2016

Et de trois !

Ce soir fut la troisième fois où j'eus la chance de voir Maynard James Keenan sur scène.[1] En effet, Puscifer donnait pour la première fois un concert en Suisse. Et bien que ce ne soit pas son projet que je préfère, je me devais quand même d'y aller !

J'apprécie toujours autant ce chanteur, son timbre de voix à quelque chose de troublant, qui convient à merveille à ce style musical. (Voilà un chanteur de métal qui sait faire autre chose qu'hurler... ;-) ) Toutefois, bien que Puscifer soit son projet perso, il restera tout du long du concert caché dans l'ombre : de tous les endroits d'où il chante, aucun n'est éclairé par un projecteur.[2]

Mais ma grosse découverte de ce soir, c'est la chanteuse Carina Round. Ses capacités vocales m'ont complètement soufflé et je me réjouis d'écouter ses deux disques solo que j'ai achetés.

Et une grosse surprise également de me rendre compte que certains sons sur les albums, que je pensais mordicus être des samples, se sont avérés être en fait « simplement » le résultat des capacités vocales des deux chanteurs ! Je leur tire mon chapeau ! (Bon, il y avait probablement quelque effet sur leur voix à ces moments-là. ;-) )

Un seul regret : je pense que c'est la première fois où j'ai regretté la limitation sonore à 100dB qui est de vigueur en Suisse. En effet, des morceaux comme Toma ou Grand Canyon mériteraient vraiment que l'on sente les infra-basses nous vriller les tripes !

Je crois que cela ne fait aucun doute : je continuerai à aller voir MJK en concert les prochaines fois où il passera près de chez moi... ;-)

Notes

[1] Les deux autres fois, ce fut avec TOOL, d'abord en 2001 sur la tournée de Lateralus, puis en 2006 sur la tournée de 10'000 Days.

[2] À vrai dire, à l'époque où j'ai vu TOOL, c'était déjà son habitude.

dimanche 5 juin 2016

62.11%

C'était (encore) un dimanche de votation aujourd'hui en Suisse. Il y avait plusieurs sujets de votations au niveau fédéral,[1] mais ce n'étaient pas les sujets qui m'occupaient le plus l'esprit.[2]

Le sujet qui m'intéressait le plus est en fait un sujet de votation communal, dans une commune qui n'est même pas la mienne. Il s'agissait d'un octroi d'un crédit de rénovation pour le théâtre Palace à Bienne. Et cela me fait très plaisir de voir que le peuple biennois a accepté cette rénovation avec 62.11% de oui. :-) Il ne reste maintenant plus qu'à réunir les fonds restants du projet wemakeit pour que je puisse profiter de ma soirée hamam avec la directrice. ;-)

Notes

[1] RBI, initiative dite des « vaches à lait » sur le financement des infrastructures routières, référendum facultatif sur la nouvelle réforme de la loi sur l'asile, initiative en faveur du service public, et référendum facultatif sur la loi d'application du diagnostic pré-implantatoire... Ca fait envie tout ça, non ?

[2] Le résultat de tout cela étant en effet assez prévisible.

jeudi 2 juin 2016

Trois pour deux

La boulangère qui rajoute un croissant à ma commande afin de me faire profiter d'une offre « 3 pour 2 » que je n'avais pas remarquée... :-)

mercredi 18 mai 2016

Zéro G

La confirmation est arrivée ce soir (alors que j'étais sans nouvelles depuis ma pré-réservation en novembre... 2014) : pour l'année de mes quarante ans, je vais pouvoir expérimenter l'apesanteur ! Un rêve de gamin qui va se réaliser.[1]

Note

[1] Bon, l'espace est malgré tout encore loin...

mercredi 27 avril 2016

(Pseudo) haïku du jour

Une canne perchée
Me toisa
Du haut de son muret

mardi 26 avril 2016

Take five

Hier

Je reçois l'appel d'une vidéaste (re)connue, qui me propose de collaborer sur son nouveau projet. Après le petit boost d'ego passé, j'accepte, bien évidemment.[1] Et cela porte donc à cinq le nombre de théâtres romands faisant appel à mes services !

Et je me dois de terminer ce billet en incluant le morceau du titre :

Note

[1] Même si, rétrospectivement, je dois bien reconnaître que cela ne fera qu'augmenter mes heures de bénévolat et alimenter mon addiction...

dimanche 24 avril 2016

Ça va être le grand luxe !

Et puis je viens d'apprendre cette nouvelle :


C'est sûr, j'y serai ! Après vingt-sept ans, je vais enfin les revoir !

Histoire d'un foehn

Aujourd'hui, c'est à nouveau un bonheur double, car j'ai vu deux très beaux spectacles jeune public cet après-midi.

Il y a d'abord eu Histoire papier, de la compagnie Haut les Mains. Un très joli théâtre de marionnettes où un personnage à tête de boule de papier rentre dans les contes qu'il découvre au sein des livres répandus sur le bureau qui l'a vu naître. Cette petite marionnette est magnifique, animée de mouvements surprenants, et nous raconte une histoire pleine de poésie.

Puis il y a eu L'après-midi d'un foehn, de la compagnie Non Nova. De simples sacs en plastique qui sont emportés par le souffle de ventilateurs répartis tout autour de la scène... et on y voit des slows, des valses, ou autres, dansés par des êtres de couleur diverses. Ou un magnifique dragon doré s'élever dans le ciel et affronter un pauvre petit humain chétif... Cette chorégraphie de plastique est belle, subjuguante, poétique et nous emporte dans plein d'univers.

De bien belles personnes

Vendredi

Soirée repas de soutien pour une institution culturelle régionale. A priori, rien de très folichon... mais puisque à la fois la directrice de l'institution et la présidente de l'association des amis de ladite institution sont des amies de longue date, je me rends à cette soirée. Et au pire, je ne ferai que rencontrer quelques personnes sympathiques.

Et cela a commencé dès le début du trajet pour m'y rendre. Dû à divers retards de trains, j'ai croisé sur le quai du départ K. qui était accompagnée par J. et qui me l'a présentée. Et il s'avère que j'ai fait là la connaissance d'une jeune femme fort sympathique, qu'on s'est trouvé pleins d'intérêts communs, et que nos sujets de discussion durant ce trajet étaient très intéressants. C'est une personne que j'espère recroiser prochainement et lier plus ample connaissance.

Mais arrivés à notre gare de destination, j'ai eu le plaisir de voir descendre du même train que nous M. et A., un couple que je connais depuis deux ou trois ans, et qu'il m'arrive de croiser de plus en plus fréquemment.[1] Et plus j'apprends à les connaître, plus je me rends compte à quel point ce sont tous deux de très très belles personnes. Cette soirée a vraiment été la confirmation de cela. J'ai discuté plusieurs heures avec eux, abordé quantités de sujets, et le tout avec une chaleur et une énergie positive qui font vraiment du bien. Il n'y pas de doute : plus j'apprends à les connaître, plus je les apprécie !

Note

[1] Normal, à force de fréquenter le même genre d'événements culturels...

mardi 19 avril 2016

L'esprit frappé

Un frappé melon printanier

Profiter d'un vague rayon de soleil pour se faire le premier frappé de la saison... :-)

dimanche 17 avril 2016

Aide à la décision

Ma peur de manquer un événement intéressant[1] fait que j'ai souvent de la peine à me décider lorsque j'ai un conflit d'agenda pour deux sorties culturelles qui m'intéressent. Jusqu'à la dernière minute, j'ai tendance à me dire : Oui, mais si l'autre est mieux ? Et cela peut devenir rapidement ennuyeux lors de certains festivals, où si ce que je vois n'arrive pas à m'accrocher en quelques minutes, je commence à me dire qu'il y a probablement mieux sur une autre scène, et je n'arrive plus à m'intéresser à ce que je vois...

Je me suis justement trouvé face à un tel conflit ce matin. D'un côté, une jeune chanteuse française[2] ; de l'autre, un mastodonte du dee jaying californien.[3] Dans les deux cas, ils sortent un nouvel album peu de temps avant la date du concert ; tous les deux, je les ai déjà vu trois ou cinq fois en concert. Difficile de trouver des arguments rationnels pour choisir l'un ou l'autre...

Alors que je m'épanchais de ce dilemme auprès d'une amie via messagerie instantanée, elle me fit cette proposition :

Si tu te détends, que tu respires profondément une dizaine de fois et que tu te connectes avec ton cœur et que tu lui poses la question de ce qu'il préfère, il répond quoi?

Et là, mon choix devint immédiatement clair. Je savais quel concert je verrai ce vendredi 1er juillet... Et confirmation que j'ai fait le bon choix : après l'avoir dit à cette amie, elle m'annonce vouloir m'accompagner à ce concert. Ce sera donc vraiment une belle soirée !

Il me reste à garder ce truc en mémoire pour régler facilement mes prochains conflits d'agenda. :-)

Notes

[1] Probablement une forme de FOMO...

[2] Emiliy Loizeau

[3] DJ Shadow

samedi 16 avril 2016

Rencontre fortuite

Hier

Juste avant de monter dans le train bondé pour rentrer du travail, j'ai eu le plaisir de croiser sur le quai de gare un couple d'amis que je n'avais pas revu depuis longtemps... Tellement longtemps d'ailleurs que la dernière fois que je les ai vus, il m'a semblé deviner qu'elle était enceinte, mais elle n'osait pas encore l'annoncer à ses amis... depuis, leur petit bout est né et à bientôt cinq mois !

Du coup, le trajet du retour à complètement changé : d'habitude j'essaie de m'isoler du reste des voyageurs afin de pouvoir me concentrer sur ma lecture ou ma sieste. Mais là, c'est devenu quarante minutes d'échanges avec eux, en parlant de nos projets respectifs, en évoquant des possibilités de se revoir (qui ne deviendront probablement pas plus concrètes que de se croiser lors d'un événement culturel, mais ce n'est pas grave...), et le tout sous le regard écarquillé et stupéfait de leur petit bout.

Un fort sympathique moment d'échanges après une journée de boulot plutôt difficile...

Le Jardin Mangelune

Mercredi

Ce soir, c'est la première présentation publique de deux courts-métrages consacrés au travail d'un ami sculpteur, Gaspard Delachaux.

Le premier des deux, Le Jardin Mangelune, réalisé par Bruno Deville, nous emmène en promenade dans le Jardin Mangelune, situé dans le parc du château de Valangin. Les images sont belles, prenantes, pleines d'émotions (une pluie soudaine arrive à faire pleurer les sculptures), et elles arrivent même à construire une narration rien que par les changements de lumière et de saison...

De belles images, cela fait toujours plaisir.

Petits mais costauds !

Mardi

J'aime bien les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois.[1] Du coup, quand l'occasion s'est présentée d'aller revoir (pour la énième fois) une représentation (scolaire) de leur spectacle Chansons douces et autres vers d'oreille, j'ai sauté dessus !

C'est quand même marrant une représentation scolaire : les adultes sont en très forte minorité[2] et cela donne une ambiance toute particulière au spectacle. C'est aussi un public qui réagit différemment des représentation jeunes public (où les enfants sont généralement accompagnés par un de leurs parents). Malgré les invectives venant des Petits Chanteurs à se (gentiment) révolter, on sent les enfants sur la retenue...

Mais bon, mon bonheur du jour n'est pas venu du reste du public... Il est dû au plaisir de revoir ces sympathiques chanteurs, rire à leurs gags habituels, se laisser surprendre par la crainte que deux de mes chansons préférées ne soient pas dans leur set (alors que je sais très bien qu'ils vont les jouer lors du rappel, comme à chaque fois), et se rendre compte qu'à force je connais par cœur les paroles les paroles de toutes leurs chansons de ce spectacle.

Bon, il me faut maintenant la même assiduité à leurs prochains concerts pour apprendre les paroles des nouvelles chansons ! :-D (Et peut-être y recroiser une certaine jeune femme et réussir à être moins gauche...)

Notes

[1] J'ai même déjà parlé d'eux dans cette série des bonheurs du jour...

[2] À peine plus de cinq adultes pour près de cent élèves.

- page 1 de 29