mercredi 18 mai 2016

Zéro G

La confirmation est arrivée ce soir (alors que j'étais sans nouvelles depuis ma pré-réservation en novembre... 2014) : pour l'année de mes quarante ans, je vais pouvoir expérimenter l'apesanteur ! Un rêve de gamin qui va se réaliser.[1]

Note

[1] Bon, l'espace est malgré tout encore loin...

mercredi 27 avril 2016

(Pseudo) haïku du jour

Une canne perchée
Me toisa
Du haut de son muret

mardi 26 avril 2016

Take five

Hier

Je reçois l'appel d'une vidéaste (re)connue, qui me propose de collaborer sur son nouveau projet. Après le petit boost d'ego passé, j'accepte, bien évidemment.[1] Et cela porte donc à cinq le nombre de théâtres romands faisant appel à mes services !

Et je me dois de terminer ce billet en incluant le morceau du titre :

Note

[1] Même si, rétrospectivement, je dois bien reconnaître que cela ne fera qu'augmenter mes heures de bénévolat et alimenter mon addiction...

dimanche 24 avril 2016

Ça va être le grand luxe !

Et puis je viens d'apprendre cette nouvelle :


C'est sûr, j'y serai ! Après vingt-sept ans, je vais enfin les revoir !

Histoire d'un foehn

Aujourd'hui, c'est à nouveau un bonheur double, car j'ai vu deux très beaux spectacles jeune public cet après-midi.

Il y a d'abord eu Histoire papier, de la compagnie Haut les Mains. Un très joli théâtre de marionnettes où un personnage à tête de boule de papier rentre dans les contes qu'il découvre au sein des livres répandus sur le bureau qui l'a vu naître. Cette petite marionnette est magnifique, animée de mouvements surprenants, et nous raconte une histoire pleine de poésie.

Puis il y a eu L'après-midi d'un foehn, de la compagnie Non Nova. De simples sacs en plastique qui sont emportés par le souffle de ventilateurs répartis tout autour de la scène... et on y voit des slows, des valses, ou autres, dansés par des êtres de couleur diverses. Ou un magnifique dragon doré s'élever dans le ciel et affronter un pauvre petit humain chétif... Cette chorégraphie de plastique est belle, subjuguante, poétique et nous emporte dans plein d'univers.

De bien belles personnes

Vendredi

Soirée repas de soutien pour une institution culturelle régionale. A priori, rien de très folichon... mais puisque à la fois la directrice de l'institution et la présidente de l'association des amis de ladite institution sont des amies de longue date, je me rends à cette soirée. Et au pire, je ne ferai que rencontrer quelques personnes sympathiques.

Et cela a commencé dès le début du trajet pour m'y rendre. Dû à divers retards de trains, j'ai croisé sur le quai du départ K. qui était accompagnée par J. et qui me l'a présentée. Et il s'avère que j'ai fait là la connaissance d'une jeune femme fort sympathique, qu'on s'est trouvé pleins d'intérêts communs, et que nos sujets de discussion durant ce trajet étaient très intéressants. C'est une personne que j'espère recroiser prochainement et lier plus ample connaissance.

Mais arrivés à notre gare de destination, j'ai eu le plaisir de voir descendre du même train que nous M. et A., un couple que je connais depuis deux ou trois ans, et qu'il m'arrive de croiser de plus en plus fréquemment.[1] Et plus j'apprends à les connaître, plus je me rends compte à quel point ce sont tous deux de très très belles personnes. Cette soirée a vraiment été la confirmation de cela. J'ai discuté plusieurs heures avec eux, abordé quantités de sujets, et le tout avec une chaleur et une énergie positive qui font vraiment du bien. Il n'y pas de doute : plus j'apprends à les connaître, plus je les apprécie !

Note

[1] Normal, à force de fréquenter le même genre d'événements culturels...

mardi 19 avril 2016

L'esprit frappé

Un frappé melon printanier

Profiter d'un vague rayon de soleil pour se faire le premier frappé de la saison... :-)

dimanche 17 avril 2016

Aide à la décision

Ma peur de manquer un événement intéressant[1] fait que j'ai souvent de la peine à me décider lorsque j'ai un conflit d'agenda pour deux sorties culturelles qui m'intéressent. Jusqu'à la dernière minute, j'ai tendance à me dire : Oui, mais si l'autre est mieux ? Et cela peut devenir rapidement ennuyeux lors de certains festivals, où si ce que je vois n'arrive pas à m'accrocher en quelques minutes, je commence à me dire qu'il y a probablement mieux sur une autre scène, et je n'arrive plus à m'intéresser à ce que je vois...

Je me suis justement trouvé face à un tel conflit ce matin. D'un côté, une jeune chanteuse française[2] ; de l'autre, un mastodonte du dee jaying californien.[3] Dans les deux cas, ils sortent un nouvel album peu de temps avant la date du concert ; tous les deux, je les ai déjà vu trois ou cinq fois en concert. Difficile de trouver des arguments rationnels pour choisir l'un ou l'autre...

Alors que je m'épanchais de ce dilemme auprès d'une amie via messagerie instantanée, elle me fit cette proposition :

Si tu te détends, que tu respires profondément une dizaine de fois et que tu te connectes avec ton cœur et que tu lui poses la question de ce qu'il préfère, il répond quoi?

Et là, mon choix devint immédiatement clair. Je savais quel concert je verrai ce vendredi 1er juillet... Et confirmation que j'ai fait le bon choix : après l'avoir dit à cette amie, elle m'annonce vouloir m'accompagner à ce concert. Ce sera donc vraiment une belle soirée !

Il me reste à garder ce truc en mémoire pour régler facilement mes prochains conflits d'agenda. :-)

Notes

[1] Probablement une forme de FOMO...

[2] Emiliy Loizeau

[3] DJ Shadow

samedi 16 avril 2016

Rencontre fortuite

Hier

Juste avant de monter dans le train bondé pour rentrer du travail, j'ai eu le plaisir de croiser sur le quai de gare un couple d'amis que je n'avais pas revu depuis longtemps... Tellement longtemps d'ailleurs que la dernière fois que je les ai vus, il m'a semblé deviner qu'elle était enceinte, mais elle n'osait pas encore l'annoncer à ses amis... depuis, leur petit bout est né et à bientôt cinq mois !

Du coup, le trajet du retour à complètement changé : d'habitude j'essaie de m'isoler du reste des voyageurs afin de pouvoir me concentrer sur ma lecture ou ma sieste. Mais là, c'est devenu quarante minutes d'échanges avec eux, en parlant de nos projets respectifs, en évoquant des possibilités de se revoir (qui ne deviendront probablement pas plus concrètes que de se croiser lors d'un événement culturel, mais ce n'est pas grave...), et le tout sous le regard écarquillé et stupéfait de leur petit bout.

Un fort sympathique moment d'échanges après une journée de boulot plutôt difficile...

Le Jardin Mangelune

Mercredi

Ce soir, c'est la première présentation publique de deux courts-métrages consacrés au travail d'un ami sculpteur, Gaspard Delachaux.

Le premier des deux, Le Jardin Mangelune, réalisé par Bruno Deville, nous emmène en promenade dans le Jardin Mangelune, situé dans le parc du château de Valangin. Les images sont belles, prenantes, pleines d'émotions (une pluie soudaine arrive à faire pleurer les sculptures), et elles arrivent même à construire une narration rien que par les changements de lumière et de saison...

De belles images, cela fait toujours plaisir.

Petits mais costauds !

Mardi

J'aime bien les Petits Chanteurs à la Gueule de Bois.$$J'ai même déjà parlé d'eux dans cette série des bonheurs du jour...$ Du coup, quand l'occasion s'est présentée d'aller revoir (pour la énième fois) une représentation (scolaire) de leur spectacle Chansons douces et autres vers d'oreille, j'ai sauté dessus !

C'est quand même marrant une représentation scolaire : les adultes sont en très forte minorité[1] et cela donne une ambiance toute particulière au spectacle. C'est aussi un public qui réagit différemment des représentation jeunes public (où les enfants sont généralement accompagnés par un de leurs parents). Malgré les invectives venant des Petits Chanteurs à se (gentiment) révolter, on sent les enfants sur la retenue...

Mais bon, mon bonheur du jour n'est pas venu du reste du public... Il est dû au plaisir de revoir ces sympathiques chanteurs, rire à leurs gags habituels, se laisser surprendre par la crainte que deux de mes chansons préférées ne soient pas dans leur set (alors que je sais très bien qu'ils vont les jouer lors du rappel, comme à chaque fois), et se rendre compte qu'à force je connais par cœur les paroles les paroles de toutes leurs chansons de ce spectacle.

Bon, il me faut maintenant la même assiduité à leurs prochains concerts pour apprendre les paroles des nouvelles chansons ! :-D (Et peut-être y recroiser une certaine jeune femme et réussir à être moins gauche...)

Note

[1] À peine plus de cinq adultes pour près de cent élèves.

samedi 9 avril 2016

Ne pas faire son âge

Elle : Par email, ça me paraissait plus normal de te vouvoyer, mais maintenant qu'on s'est rencontré je pense qu'on peut se tutoyer.
Moi : Ah oui, tout à fait. Très bonne idée.
Elle : En plus, on a à peu près le même âge.
Moi : Mmh, non, je ne crois pas...
Elle : Mais tu sais, je fais plus jeune que mon âge. Encore hier soir, on m'a prise pour beaucoup plus jeune que je ne suis.
Moi : Oui, mais même, je ne pense pas que nos âges soient si proches que ça...
Elle : Tu plaisantes... Tu as quel âge ?
Moi : Quarante.
Elle (surprise) : Hein ? Alors toi aussi tu fais nettement plus jeune que ton âge... Moi j'en ai trente, et habituellement on m'en donne vingt-quatre.

Chorale

Hier

Même maintenant, je ne sais pas encore exactement ce que j'ai vu. Mais ce dont je suis sûr, c'est que j'y ai pris un plaisir hénaurme !

Chorale est un spectacle de la 2b company. On y suit quatre personnages, membres d'une chorale villageoise, lors d'une répétition en vue d'un concert. Toute la première partie se passe sans aucune parole (excepté celles des chansons au programme de cette répétition), mais les jeux de regards nous en apprennent beaucoup sur la personnalité de chacun des personnages. Tout le reste du spectacle est à l'avenant. On y retrouve tous les personnages type d'un chœur[1] : le timide, celui qui n'arrive pas à prendre la bonne tonalité, celui qui se considère comme un leader, les fins de morceaux approximatives, les tensions entre personnes... En fait, le chœur n'est qu'un prétexte et on s'intéresse réellement à l'absurdité des relations humaines dans un groupe moyen à grand.

Au final, un énorme moment de rire, quasi cathartique, et un seul regret : c'était trop court, j'en veux plus ! :-D

Note

[1] Même pour moi qui n'ai jamais fait partie d'un chœur, mais n'ai eu que des expériences via des concerts, cela sautait aux yeux.

mercredi 6 avril 2016

Et de quatre...

Aujourd'hui, un nouveau théâtre romand m'a contacté dans le but de me mandater comme photographe pour certains de leurs événements. J'ai bien entendu accepté : d'un côté cela nourrit ma dépendance à la culture, et en plus, petit à petit, mon réseau s'étend... et peut-être qu'un jour la photo pourra prendre sa place à côté de mon job.[1]

Et puis bon, il faut quand même reconnaître que c'est quand même agréable d'entendre des louanges sur son travail ![2] :-)

(C'est fou comme je fais plus de fautes de frappe en écrivant sur une tablette plutôt qu'un clavier d'ordinateur...)

Notes

[1] Je ne me fais pas trop d'illusions, je doute qu'elle arrive à le supplanter...

[2] ... et pour une fois, mon syndrome de l'imposteur est resté muet ! Est-ce dû au fait que je ne connais absolument pas la personne qui me faisait ces louanges ?

dimanche 3 avril 2016

Une bien belle soirée, pour un bien beau sofa

Vendredi

Sofa est le concept de la Compagnie du Cachot présenté cette saison au théâtre l'Échandole. Deux personnes du public sont (normalement) invitées à venir prendre place sur un sofa avec un animateur. Les improvisateurs sur scène vont trouver ensuite leur inspiration dans les discussions entre l'animateur et ces deux personnes.

Ce soir fut un peu particulier : il n'y avait qu'un seul invité sur le sofa, c'était son anniversaire, et, pour une fois, lui (Lionel Frésard) et l'intervieweur (Yvan Richardet) se connaissaient déjà préalablement. Et la soirée fut excellente. Lionel a su répondre simplement et avec humour aux questions d'Yvan, les quatre improvisateurs furent particulièrement inspiré par ce dialogue, donnant comme résultat une alchimie qui a su bien fonctionner.[1]

Et le repas pris tous ensemble qui a suivi la représentation fut aussi bien animé et extrêmement sympathique !

Note

[1] Mention mémorable pour une chanson entamée par des fonctionnaires afin de célébrer un formulaire 63E particulièrement bien rempli par le demandeur...

Lac miroir

Mercredi

Ce matin, le lac est parfaitement tranquille, pas une onde ne vient troubler sa surface, faisant de lui un gigantesque miroir. Avec l'aube pointant le bout de son nez derrière quelques nuages, le paysage prend un air quasi-artificiel : les quelques collines (noires, parsemée de taches lumineuses là où se trouvent quelques villages) dont les sommets se perdent dans les nuages, nuages prenant quand à eux une teinte rosée due au soleil levant... et le tout, parfaitement coupé par l'horizon, qui se reflète dans le lac.

Globalement, j'ai l'impression d'observer un paysage généré par ordinateur, tout étant tellement parfait...

mardi 29 mars 2016

On a fait la nique à Idulnas

Hier

C'était une soirée jeux de société chez un ami. Au programme de la soirée : Ghostbusters: The Board Game, un jeu que je me suis procuré via un financement participatif sur Kickstarter.

Dans ce jeu collaboratif, les joueurs sont les Ghostbusters et ont pour but de réussir à protéger notre monde de l'invasion de fantômes. Ça a l'air facile dit comme ça, non ? Hier soir, nous nous sommes attaqués à la campagne culminant par un affrontement avec Idulnas. Et au bout d'environ deux heures de jeu, nous avons réussi à le prendre au piège de nos flux de protons ! Joie ! :-)

(Et le bonheur du jour de dimanche continue à m'apporter du bonheur : je n'avais pas réellement réalisé à quel point le mauvais fonctionnement de ma tablette graphique me tapait sur le système. C'est redevenu hyper agréable de l'utiliser maintenant qu'elle fonctionne normalement.)

dimanche 27 mars 2016

Le grand retour ! (Avec un cadeau Bonux !)

Cela faisait cinq mois qu'elle était partie sans donner de nouvelles. Dire qu'elle m'a manqué durant cette période est un euphémisme. Mais depuis aujourd'hui, la voici de retour ! Joie, bonheur, contentement ! On va de nouveau pouvoir passer de belles et longues soirées ensemble, à simplement profiter d'une belle lumière...

Vraiment, cela me fait extrêmement plaisir de te revoir, ma très chère Heure d'Été !

Et un deuxième bonheur du jour (le cadeau Bonux), énorme : j'ai enfin réussi à corriger un comportement de Windows 10 qui m'énervait depuis que je l'ai installé. Ma tablette graphique refonctionne enfin de manière complètement réactive et me permet de nouveau de faire des réglages fins lors de la retouche de mes photos.[1] Merci M. Adam Duff pour le bon conseil !

Note

[1] Et, par la même occasion, le clic droit fonctionne enfin dans les applications Windows 10...

samedi 26 mars 2016

Contrepèterie

Ma journée peut se résumer sous la forme d'une célèbre contrepèterie belge : Il a fait beau et chaud ! J'ai donc profité de cette belle journée pour pratiquer quelques activités idoines :

  • ranger gants, bonnets, et duvet d'hiver ;
  • s'installer sur un banc au bord du lac et lire...

Une journée somme toute tranquille, sur laquelle il n'y a pas grand chose d'autre à dire... :-)

vendredi 25 mars 2016

Assiette quasi-bernoise

Cela fait quelques mois qu'une envie d'haricots secs me trotte plus ou moins par la tête. En ce week-end prolongé pascal, j'ai planifié[1] de m'en faire. J'ai également grillés quelques lardons et un oignon pour accompagner cela.[2] Au final, cela donne une assiette quasi-bernoise[3] :
Haricots secs, lardons, oignon... y'a bon !

C'était vachement bien et à refaire à l'occasion ! Par contre, note pour plus tard : cent grammes d'haricots secs pour moi tout seul, cela fait quand même un peu beaucoup !

Notes

[1] Bin oui... vu qu'il faut laisser tremper les haricots au moins une nuit, ce n'est pas un plat que l'on peut se préparer sur un coup de tête.

[2] Et un ingrédient secret : laisser légèrement attacher oignons et lardons dans la poêle afin d'obtenir ce petit goût grillé si spécifique ! ;-)

[3] Il manque quand même passablement de charcuterie pour que ce soit une vraie assiette bernoise.

- page 1 de 28